Souvenirs du Laos

Voici quelques souvenirs photographiques du Laos, que certains auront déjà vus. Nous y étions pour les fêtes cet hiver.

Laos

Laos

Laos

Une fois n’est pas coutume, je les ai prises au compact. Le Laos est traversé de part en part par le Mékong, et on ne compte pas ses affluents. On n’est donc jamais loin d’un cours d’eau.

Partager ce billet:

Timelapse à Genève

Encore un nouveau timelapse réalisé jeudi soir à Genève.

Cette fois-ci la vue est depuis Genève, aux bains des Pâquis, un sympathique point de vue. Je n’étais par railleurs (une fois n’est pas coutume) pas le seul à me balader dans le coin armé d’appareils photo et de trépieds. Il faudra que je m’attelle à détailler un peu plus la technique de prise de vue et d’assemblage de timelapse panoramiques, avec plusieurs prises de vues synchronisées.

Partager ce billet:

Timelapse panoramique

Dans cet article je fais un compte rendu de mon expérience récente en matière de timelapse panoramique. L’idée est de réaliser un timelapse sur 2 (ou plus) séries d’images assemblées en panorama.

L’assemblage de panorama avec hugin est un sujet bien couvert sur le web, la réalisation de timelapse aussi, je ferais donc un retour sur les problèmes rencontrés spécifiquement lors de ces tentatives.

Synchroniser les appareils

Comme nous allons prendre des séries d’images, qui peuvent contenir des éléments plus ou moins mobiles (nuages par exemple) il est important que les prises de vues soient synchronisées. Pour ce faire, on peut utiliser gphoto2. Avec --autodetect on obtient la liste des appareils connectés, on peut synchroniser les horloges des appareils depuis celle des ordinateurs avec --set-config=/main/settings/datetime=now, puis utiliser --capture-image pour prenre les photos et activer le mode timelapse en ajoutant -I suivi de l’intervale souhaité entre les photos et de -F donnant le nombre d’images (facultatif). Il faut lancer une commande gphoto2 par appareil et il ne reste plus qu’à attendre.

Prise de Vue

Balance des blancs

Un problème général est que les appareils photo font des choix en fonction de ce qu’ils captent, comme nous utilisons plusieurs appareils dans des angles de vues différents il est probables qu’ils prennent des décisions différentes. Un problème courant dans la pratique est la balance des blancs, c’est pourquoi il est recommandé d’utiliser le mode RAW pour la prise de vue puis de traiter les images par lots avec les même paramètres. Il est aussi possible de sortir les photos en JPG de l’appareil en ayant pris soin de fixer la balance des blancs sur le même réglage sur les différents appareils photos.

Limitations

Pour faire un panorama il faudrait idéalement prendre toutes les photos depuis le même point (rotation autour de la pupille d’entrée). Ceci qui peut se faire à l’aide d’un trépied et d’une rotule panoramique. S’il n’y a pas d’objets proches il est possible de faire des panoramas tout à fait convenables à main levée ou avec un trépied et une rotule standard. Dans le cas de timelapse, comme nous utilisons plusieurs appareils différent il n’est pas possible de les positionner autour du même centre optique. Il faut donc faire attention à ne pas avoir des objets trop proches, qui souffiraient de problèmes de parallaxe.

Bien que faisable avec une qualité tout à fait remarquable, il ne faut pas négliger le fait que c’est coûteux en temps de calcul, assembler un panorama prend entre 30s et 1m sur du matériel standard. Pour un timelapse de 1000 images (40s environ), il faut donc compter des heures de calcul.

Partager ce billet:

Josef Hoflehner

Je continue ma petite série sur les photographes que j’apprécie avec l’Autrichien Josef Hoflehner. On retrouve un certain nombre de points communs avec Michael Kenna et Marco Paoluzzo: une prédominance du format carré en noir et blanc, le travail au Hasselblad.

Cependant il s’en distingue aussi par des tirages plus contrastés, des images souvent moins douces ou brumeuses que Kenna. Il met la recherche esthétique en avant, se distinguant ainsi du Suisse Paoluzzo qui a aussi une dimension de reportage assez présente dans son travail.

Unleashed 3

J’ai acquis récemment son livre “Unleashed 3”.Ce qui ressort de son oeuvre est une recherche de la simplicité et des compositions très travaillées. On sent que chaque image est peaufinée dans ses moindre détails, qu’il a attendu les conditions idéales pour prendre le cliché.

Liens

Partager ce billet:

Michael Kenna

Michael Kenna est un photographe britannique ayant déjà une belle carrière derrière lui. Ces photos sont caractérisées par l’utilisation de films noir et blanc argentique, une prédilection pour le format carré et les poses longues. Il y a une réelle recherche d’équilibre et de minimalisme dans son travail. Le spectateur est laissé à la contemplation devant des atmosphère souvent brumeuses et légères.

La première image ci-dessous a été prise en Suisse, les deux dernières sont extraites de l’excellent livre sur les collines de Huangshan qui a été publié récemment.

kenna-ch.1.jpg

Huangshan Study 27 - Michael Kenna

Huangshan Study 46 - Michael Kenna

Partager ce billet:

Edward Burtynsky

Edward Burtynsky est un photographe canadien, dans ses sujets de prédilection on retrouve la photographie de paysages altérés par l’industrie. Dans son livre Oil, il s’intéresse à la filière du pétrole, passant de son extraction à son transport, puis à sa consommation pour finir à l’entreposage des déchets générés. Ce livre a une valeur documentaire, car les lieux photographiés ne sont pas facilement accessibles ni très souvent en vue dans les médias. Il nous pose la question de la démesure. Le sujet est traité avec une approche étonnamment esthétique, une recherche de belles lumières et des compositions haromineuses.

Oil

Pneus

Liens

Partager ce billet:

Photos au Yashica Mat 124G

Comme mentionné dans un précédent billet, j’ai commencé à utiliser un vieil appareil argentique moyen format. J’ai développé et scanné mes premières images ces derniers jours. Voici tout d’abord le résultat: deux prises de vue dans la région de Lavaux. La suite de l’article sera un retour plus technique.

Lavaux

Rivaz

Prise de vue

La prise de vue est étonnament confortable sur le dépoli. La mise au point est assez précise grâce à la loupe intégrée. Comme le visée se fait sur un deuxième objectif, il faut faire attention à la parallaxe pour les sujets proches, toutefois je n’ai pas encore eu de problème à ce sujet. Le plus troublant est que l’image que l’on voit est en miroir de la réalité, un peu déroutant de cadrer au début.

Développement

Pour le développement j’utilise un procédé au caffénol recommandé par un ami qui m’a par ailleurs généreusement prêté le matériel nécessaire. Je reviendrais plus en détail sur ce procédé dans un autre billet, quand j’aurais un peu plus d’expérience.

Numérisation

Une fois les négatifs développé, étant donné que je n’ai pas de labo permettant le tirage à partir de négatifs 6x6cm, j’ai opté pour l’achat d’un scanner Epson V600 qui a une unité de transparence suffisante pour les films 120. Le bémol est au niveau du support plastique pour le film qui est un peu fragile et pas super bien conçu, j’ai déjà (irrémédiablement) abimé un film dessus en essayant de le fixer. Au final comme le négatif est de moyen format on obtient une bonne résolution, avec 2400dpi de définition j’ai ainsi un fichier de 25Mpixels, soit plus que tout ce que j’ai touché en numérique. Mon nouvel ennemi est maintenant la poussière, sur mes première images j’ai constaté qu’il y en avait déjà pas mal (trop). Si quelqu’un à des astuces à proposer à ce sujet, je suis preneur.

Partager ce billet:

Dernier cri

J’ai fait ces derniers temps l’acquisition de deux nouveaux appareils photos dernier cri, dans le sens qu’on aurait pu penser qu’ils l’avaient rendu il y a longtemps. Eh bien non, bien que tous deux plus âgés que l’auteur de ce billet, ces appareils fonctionnent encore. Le Yashica Mat-124G (gauche) et le Polaroid SX-70 (droite) ont en commun d’être des appareils argentiques au format carré. Grand avantage de ce format: on ne perd pas de temps à hésiter entre un format paysage et portrait en tournant sans arrêt son appareil photo. La différence entre ces appareils étant bien sûr que le polaroïd sort des positifs qui se développent instantanément, alors que le Yashica utilise du négatif moyen format (i.e., 6x6cm soit 12 poses sur un film 120 ou 24 sur du film 220). Autre différence au niveau de la visée, le Yashica est un modèle “Twin-Lens Reflex”, c’est à dire que deux objectifs sont utilisés, l’un pour la visée et l’autre pour la prise de vue. Ils sont solidaires de telle manière que les changements de mise au point sont répercutés par construction. Le Polaroid SX-70 est un “Single Lens Reflex” c’est-à-dire que la visée se fait par le même objectif: un miroir réfléchissant la lumière pour la visée s’enlève au moment de la prise de vue.

Il est légitime de se demander quel est l’intérêt de ce genre de matériel, en dehors de l’effet “vintage”. L’avantage du moyen format est d’une part la taille du négatif qui permet de meilleurs agrandissement (ou scan) qu’un négatif plus petit, il s’en sort mieux en conditions de faible lumière et permet d’avoir un plus joli rendu au niveau du flou d’arrière plan. De plus il permet d’approfondir les connaissance techniques une bonne image ne peut pas se prendre au hasard en ayant un feedback immédiat sur l’écran du boitier, il faut connaître et maîtriser tous les paramètres de prises de vue. Cela peut être vu comme un inconvénient, mais renforce la nécessité d’être précis et soigneux quand on manie un appareil photo, ce que l’on a tendance à oublier à l’ère du numérique.

La photographie instantanée connaît un regain d’intérêt ces derniers temps. À l’heure ou l’image se copie et se publie instantanément via le web (instagram, flickr, facebook, et les autres), le fait de produire une image “physique” qui est une oeuvre unique dans le cas du polaroid a tout son sens. On a oublié la valeur de la photographie que l’on conserve dans un tiroir ou un album et que l’on peut ressortir à l’occasion, du simple souvenir.

Bien entendu sur ce blog suivront les essais de prises de vue et de développment…

Partager ce billet:

Marco Paoluzzo

Je commence ici une série sur la photographie, art que j’apprécie et tente de pratiquer quand j’en ai l’occasion. Je commence ici par le photographe suisse Marco Paoluzzo. Il est surtout connu pour ses photographies d’Ethiopie, de Chine et des pays nordiques. Il a publié plusieurs livres dont “Terra Borealis” que j’ai acquis récemment et que je recommande vivement. Les clichés en noir et blanc sont d’une grande beauté. Ils allient une vue contemplative de magnifiques paysages mêlés d’eau, de glace et de roches à une vision plus documentaire qui montre aussi comment l’homme vit dans des conditions difficiles et ce qu’il laisse derrière lui.

Iceland

îles
Féroé

Liens

Partager ce billet:

Orchis Bouffon

orchis bouffon

Le printemps a un peu de peine à se décider, mais les choses avancent gentiment. Cet après-midi j’ai pu photographié ce que je pense être un Orchis Bouffon (anacamptis morio). Une fois n’est pas coutume j’ai utilisé un trépied en macrophotographie et ça s’est avéré pratique. Le temps nuageux permettait une lumière assez uniforme et douce, mais il fallait être bien stable pour en bénéficier sans flou de bougé. De plus, ça m’a permis de tester facilement plusieurs ouvertures avec exactement le même cadrage, ainsi que d’être très précis sur la mise au point, ce qui est difficile sans trépied.

Partager ce billet: