Souvenirs du Laos

Voici quelques souvenirs photographiques du Laos, que certains auront déjà vus. Nous y étions pour les fêtes cet hiver.

Laos

Laos

Laos

Une fois n’est pas coutume, je les ai prises au compact. Le Laos est traversé de part en part par le Mékong, et on ne compte pas ses affluents. On n’est donc jamais loin d’un cours d’eau.

Partager ce billet:

Corrections des vibrations

Il y a de cela quelques semaines je suis allé avec un ami en altitude pour faire quelques photos et timelapses. Il y avait un fort vent d’où de fortes vibrations, la séquence semblait quasiment inutilisable, mais nous avons réussis à rattraper le coup en écrivant un petit script en Python, basé sur scikit-image. Le résultat est probant:

Le code source est disponible sur https://github.com/pmoret/deshake

Partager ce billet:

Linux pour les débutants

Comme tous les geeks, je suis parfois vu par mon entourage comme “celui qui s’en sort en informatique”. J’ai récemment été appelé à la rescousse pour donner un coup de main à une tante de ma femme qui avait un vieil ordi sous Windows qui ramait et avait de la peine à s’en tirer, elle se demandait s’il faudrait en racheter un nouveau.

Je lui ai proposé d’essayer Linux dessus, qui est moins gourmand en mémoire et offre aux utilisateurs, plus de libertés en terme de configuration. J’ai trouvé une version adaptée aux personnes débutants en informatique et ayant des besoins simples: HandyLinux. C’est une distribution dérivée de Debian, l’une des distributions les plus stables et répandues, accompagnée d’une très bonne documentation en ligne et des menus simplifiés. Ainsi, le menu qui s’affiche à l’ouverture d’une session permet d’accéder rapidement au navigateur internet, au client email, ainsi qu’à Skype. Ce qui correspond bien aux besoins de base de bon nombre de personnes.

Le deuxième défi a été l’installation d’une imprimante, ayant eu souvent des problèmes de drivers (pilotes pour les francophiles) je redoutais un peu cette étape. Mais j’ai constaté avec plaisir que la Linux Foundation avait sponsorisé un site qui permet de vérifier l’existence de drivers compatibles pour le modèle que l’on souhaite acquérir, cela se trouver sur: openprinting.org. J’ai ainsi pu vérifier avant l’achat que l’imprimante que je visais (une Epson jet d’encre) serait facile à installer, et ce fut le cas!

Au final, cette expérience a pris du temps, mais m’a permis de me confronter aux besoins d’une utilisatrice lambda, de prolonger la vie d’un viel ordinateur portable (la planète en est reconnaissante) et de voir aussi comment la communauté Linux avance dans le bon sens, “la route est longue mais la voie est libre”, comme on dit.

Partager ce billet:

Informatique d'occasion

Un problème majeur du matériel informatique dans une perspective de durabilité est sa durée de vie, qui pourrait être limitée volontairement par les constructeurs. Un second problème lié est la difficulté à réparer un appareil dont un composant lâche, mais dont le reste est utilisable. Pour une informatique durable on peut envisager plusieurs pistes: soit acheter neuf du matériel conçu pour durer, soit acheter d’occasion. C’est vers cette seconde option que je me suis tourné l’année passée. Je cherchais un ordinateur portable léger, petit, avec une bonne autonomie. Je savais que Lenovo avait une gamme Thinkpad X depuis quelques années.

En cherchant j’ai trouvé où me procurer un exemplaire d’occasion pour lequel j’ai acheté une batterie neuve, ce qui a porté son autonomie à plus de 6h, parfait pour voyager. L’avantage que je vois à cette solution c’est que le prix est abordable, et le matériel que l’on trouve d’occasion est souvent issu de gamme pro, donc de meilleure qualité, prévu pour durer et pour lesquels on trouve des pièces de rechanges même plusieurs années après la sortie du modèle.

J’ai trouvé plusieurs avantages à cette solution par rapport à acheter du neuf. Premièrement pour un prix comparable, on peut acheter du matériel de meilleures qualité. Sur le marché de l’occasion on trouve surtout des machines professionnelles qui sont dans des gammes moins sujettes à l’obsolessence programmée. En outre, des pièces de rechanges ou accessoires sont encore disponibles plusieurs années après la sortie de ces machines. Ainsi, lorsque que j’ai acquis un Thinkpad X201s d’occasion, j’ai pu acheter une batterie neuve.

En Suisse, j’ai repéré les alternatives suivantes:

  • Budget Computer C’est là que j’ai acheté mon ThinkPad X201s, livraison rapide et matériel propre en ordre.
  • Itopie Une coopérative sur Genève qui récupère du matériel, un choix limité, un peu plus cher que la concurrence mais avec plus de garantie.
  • Benno Shop Un choix plus étendu que les deux autres options, par contre je n’ai encore pas essayé.

Partager ce billet:

Timelapse à Genève

Encore un nouveau timelapse réalisé jeudi soir à Genève.

Cette fois-ci la vue est depuis Genève, aux bains des Pâquis, un sympathique point de vue. Je n’étais par railleurs (une fois n’est pas coutume) pas le seul à me balader dans le coin armé d’appareils photo et de trépieds. Il faudra que je m’attelle à détailler un peu plus la technique de prise de vue et d’assemblage de timelapse panoramiques, avec plusieurs prises de vues synchronisées.

Partager ce billet:

Timelapse panoramique

Dans cet article je fais un compte rendu de mon expérience récente en matière de timelapse panoramique. L’idée est de réaliser un timelapse sur 2 (ou plus) séries d’images assemblées en panorama.

L’assemblage de panorama avec hugin est un sujet bien couvert sur le web, la réalisation de timelapse aussi, je ferais donc un retour sur les problèmes rencontrés spécifiquement lors de ces tentatives.

Synchroniser les appareils

Comme nous allons prendre des séries d’images, qui peuvent contenir des éléments plus ou moins mobiles (nuages par exemple) il est important que les prises de vues soient synchronisées. Pour ce faire, on peut utiliser gphoto2. Avec --autodetect on obtient la liste des appareils connectés, on peut synchroniser les horloges des appareils depuis celle des ordinateurs avec --set-config=/main/settings/datetime=now, puis utiliser --capture-image pour prenre les photos et activer le mode timelapse en ajoutant -I suivi de l’intervale souhaité entre les photos et de -F donnant le nombre d’images (facultatif). Il faut lancer une commande gphoto2 par appareil et il ne reste plus qu’à attendre.

Prise de Vue

Balance des blancs

Un problème général est que les appareils photo font des choix en fonction de ce qu’ils captent, comme nous utilisons plusieurs appareils dans des angles de vues différents il est probables qu’ils prennent des décisions différentes. Un problème courant dans la pratique est la balance des blancs, c’est pourquoi il est recommandé d’utiliser le mode RAW pour la prise de vue puis de traiter les images par lots avec les même paramètres. Il est aussi possible de sortir les photos en JPG de l’appareil en ayant pris soin de fixer la balance des blancs sur le même réglage sur les différents appareils photos.

Limitations

Pour faire un panorama il faudrait idéalement prendre toutes les photos depuis le même point (rotation autour de la pupille d’entrée). Ceci qui peut se faire à l’aide d’un trépied et d’une rotule panoramique. S’il n’y a pas d’objets proches il est possible de faire des panoramas tout à fait convenables à main levée ou avec un trépied et une rotule standard. Dans le cas de timelapse, comme nous utilisons plusieurs appareils différent il n’est pas possible de les positionner autour du même centre optique. Il faut donc faire attention à ne pas avoir des objets trop proches, qui souffiraient de problèmes de parallaxe.

Bien que faisable avec une qualité tout à fait remarquable, il ne faut pas négliger le fait que c’est coûteux en temps de calcul, assembler un panorama prend entre 30s et 1m sur du matériel standard. Pour un timelapse de 1000 images (40s environ), il faut donc compter des heures de calcul.

Partager ce billet:

Josef Hoflehner

Je continue ma petite série sur les photographes que j’apprécie avec l’Autrichien Josef Hoflehner. On retrouve un certain nombre de points communs avec Michael Kenna et Marco Paoluzzo: une prédominance du format carré en noir et blanc, le travail au Hasselblad.

Cependant il s’en distingue aussi par des tirages plus contrastés, des images souvent moins douces ou brumeuses que Kenna. Il met la recherche esthétique en avant, se distinguant ainsi du Suisse Paoluzzo qui a aussi une dimension de reportage assez présente dans son travail.

Unleashed 3

J’ai acquis récemment son livre “Unleashed 3”.Ce qui ressort de son oeuvre est une recherche de la simplicité et des compositions très travaillées. On sent que chaque image est peaufinée dans ses moindre détails, qu’il a attendu les conditions idéales pour prendre le cliché.

Liens

Partager ce billet: